Selon vous, quand on pose la question suivante à une personne, que va-t-elle répondre ?

« Est-ce que tu aimes l’école ? »

Je pense que vous savez d’ores et déjà ce que répondra la personne. Un gros « NON » bien sûr. Pourtant, nous savons tous à quel point l’école est indispensable pour l’acquisition de connaissances, et le développement de facultés physiques et intellectuelles. Nos parents nous ont souvent répétés : « Il faut que tu ailles à l’école, il faut que tu aies de bonnes notes pour pouvoir avoir un bon métier plus tard, et gagner beaucoup d’argent ». La réalité est que tout ce bla-bla n’est que partiellement réaliste…

Comment est basé le système scolaire ?

Aujourd’hui, le système scolaire français est basé sur un apprentissage plutôt théorique. Ce n’est qu’en fin collège que le monde de l’entreprise est initié, par un stage découverte durant une à deux semaines. C’est à ce moment que l’enfant a l’occasion de voir comment les choses peuvent se passer en milieu professionnel.

Puis, deux choix se présentent lors de l’entrée au lycée. D’une part le lycée général et technologique, qui accueil la grande majorité des élèves. D’une autre part le lycée professionnel qui accueil les élèves désirant entrer directement dans le monde professionnel. En effet, dans ces lycée, l’enseignement théorique est couplée à l’enseignement pratique en entreprise.

C’est souvent à ce stade que l’on retrouve les premiers jugements intellectuels des enfants. En effet, de manière générale, les gens pensent que l’enfant qui va aller au lycée professionnel sera un enfant qui « n’a pas un niveau scolaire suffisant » pour être dans une classe de lycée général ou technologique. Nous sommes dans un système où une personne est jugée ou identifiée scolairement par rapport à ce qu’elle obtiendra comme « note » sur son bulletin scolaire.

Pourtant, il est fréquent qu’un élève n’obtienne pas de bonnes notes pour des raisons toutes autres que celles liées à ses capacités intellectuelles …

Savoir captiver l’attention de l’élève

Une chose primordiale pour un élève, qui conditionnera sa faculté d’être assidu, et également à avoir potentiellement de bonnes notes est l’intérêt qu’aura le cours à son égard. En général la manière dont sera présenté et animé un cours, influencera fortement l’attention de l’élève.

Pour prendre mon propre exemple, j’ai toujours détesté les cours de français. J’ai toujours eu de mauvaises notes (moins de 10) au collège et lycée puisque le déroulement du cours ne me plaisait pas du tout et je n’y voyais aucun intérêt à ce que l’on voulait me faire apprendre. Pourtant arrivé en BTS, je suis tombé sur un professeur formidable ! Les heures de français cauchemardesque que je vivais auparavant étaient devenues des heures de pur plaisir, si bien que c’est en BTS que j’ai lu mon premier livre en entier !   

Hormis la façon dont va être présenté un cours pour réussir à captiver l’élève, il y a une autre chose qui selon moi fait blocage : c’est le principe d’apprentissage. Aujourd’hui, on demande à apprendre « par cœur » sans toujours expliquer le pourquoi du comment ou l’utilité de ce que l’on nous enseigne, en donnant des exemples concrets. A l’époque, Albert Einstein dénonçait déjà ce principe. Il disait « être incapable de suivre les cours et de les travailler de façon scolaire ». Albert Einstein voyait le monde autrement…

Le type d’enseignement

Je le disais au début de cet article, que nos parents nous rabâche « qu’il faut aller à l’école, que c’est important, pour avoir un bon travail et un bel avenir… » . Mais ces discours ne sont que les résultats des codes instaurés par le système. Tout cela sous-entend qu’aujourd’hui nous vivons dans une société ou nous ne sommes pas entièrement libres.

On nous apprend comment faire pour « réussir » dans la vie : travailler à l’école, décrocher un bon diplôme, dépendre d’un patron, épargner sur un compte qui génère moins d’un pourcent d’intérêt annuel, payer des impôts (même sur ce qui nous appartient…), et puis avec le peu qu’il va nous rester, se faire plaisir. Et la cerise sur le gâteau, c’est la classe moyenne qui en pâti le plus.  Robert Kiyosaki, auteur du Best-Seller Père riche, Père pauvre, évoque le fait que la vie des gens  est toujours régie par deux émotions :

            -La peur d’être sans un sou : Cela les  oblige à travailler dur

            -Lorsqu’on reçoit notre paie, l’avidité ou le désir incite à penser aux merveilles que l’argent peut acheter.

Mode de fonctionnement des riches

Le mode de fonctionnement des personnes riches est tout autre que celui de la majorité de la population, parce qu’elles ont compris le processus à mettre en place pour sortir de la spirale et des codes que veulent nous dicter le système. Le processus d’apprentissage n’est pas non plus le même. Albert Einstein qui était plutôt considéré comme étant un « cancre » à l’école découvrit dans une école plus libérale (après avoir été viré de son ancienne école) un autre processus d’apprentissage, celui de l’auto-apprentissage par l’observation. Vous trouvez plus de détails sur ce processus dans l’article du magazine Challenge qui raconte un peu la vie d’Einstein.

Processus d’apprentissage

Plutôt que de se baser uniquement sur de la théorie et du par cœur, l’idée est de pratiquer au maximum, notamment parce que l’on apprend mieux en agissant. On parle alors d’apprentissage par l’expérience. Il y a souvent un fossé entre la théorie que l’on va apprendre à l’école et la pratique en entreprise. A l’école, on se fait taper sur les doigts et on a de « mauvaises notes » quand on va se tromper. Psychologiquement, dans le monde professionnel, ce mécanisme de la peur de l’erreur se répercute, parce qu’on se dit que si l’on fait des erreurs, on va être « viré » !

Là où je veux en venir, c’est que si dès le plus jeune âge, à l’école, on nous éduquait sur des choses plus concrètes et utiles dans la vie de tous les jours, les gens auraient une toute autre mentalité, et un esprit beaucoup plus ouvert sur des choses essentielles comme ce qui va concerner la gestion des finances personnelles par exemple. Malheureusement, une grande majorité des gens arrêtent d’apprendre une fois sorti du système scolaire, et  uniquement ceux qui vont chercher à s’instruire en continue vont réussir à se forger un autre état d’esprit que celui que le système aura voulu imposer.

Ce que j’aurais aimé apprendre à l’école ?

Je vais maintenant présenter succinctement quelques notions qui me paraissent essentielles et que l’on devrait enseigner durant le cursus scolaire.

Une culture de bien-être

  • La gestion des émotions : Les émotions que nous avons vont impacter notre personne notamment dans le processus d’apprentissage. Une personne anxieuse, ou qui n’a aucune confiance en elle, aura beaucoup plus de difficultés à apprendre un cours par exemple par rapport à une personne épanouie et heureuse. Ainsi, l’apprentissage de notions qui permettraient de réussir à gérer les émotions, seraient selon moi plutôt efficace, et ça aiderait un grand nombre d’élèves.
  • L’estime de soi : Etroitement lié à la gestion des émotions, apprendre aux élèves à avoir une bonne estime de soi me parait très important. Aujourd’hui, il est fréquent de voir des enfants se suicider à causes d’un mal être causé par des moqueries de camarades à l’école.  J’aurais aimé qu’on m’apprenne  à m’accepter tel que je suis, et qu’on m’apprenne à faire face aux éventuelles moqueries que j’aurais pu subir que ce soit à l’école ou à l’extérieur. Heureusement, j’ai pu apprendre ces choses moi-même par mes propres expériences de vie.
  • L’importance du sommeil : Etant petit, on a tous détesté faire la sieste. Elle était imposée en maternelle, mais en classe de primaire, collège, lycée, on n’en a plus entendu parler, si bien que nous avons tous négligé le sommeil en grandissant. Pourtant, si l’on nous avait peut-être expliqué les bienfaits du sommeil et qu’on nous avait aussi expliqué les impacts négatifs que le manque de sommeil génère sur le corps, je pense que l’on y serait beaucoup plus sensible aujourd’hui.

Une culture financière

  • La gestion des finances personnelles : Beaucoup de personnes n’ont aucunes notions de ce que représente l’argent, et de comment il faut s’en servir. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreuses personnes se retrouve sans un sou à chaque fin de mois (ou même avant parfois.. !). Peut importe le nombre d’argent que ces personnes gagnent, avec un minimum de gestion, (hors cas exceptionnel), elles peuvent s’en sortir en ayant un mode de vie en adéquation avec leur source de revenus. L’éducation financière est large, et si l’on n’a pas ne serait-ce qu’un minimum de connaissance là-dessus, il est difficile de gérer correctement ses finances.

Je finis sur ces quelques mots où j’aimerais vous faire prendre conscience que l’on est doté d’un outil très puissant qu’est notre cerveau, qui a besoin d’être alimenté en continu, et si aujourd’hui vous cherchez à développer des compétences ou atteindre des objectifs, il n’est jamais trop tard. Tout ce qui est susceptible de vous intéresser et que vous n’aurez malheureusement pas pu apprendre à l’école, vous le trouverez dans des sources d’informations telles que les séminaires, les livres, vidéos, formations … .